Ottawa, le 7 septembre 2019 — Aujourd’hui, la communauté franco-ontarienne se réjouit que les gouvernements du Canada et de l’Ontario aient signé une entente de principe pour financer conjointement l’Université de l’Ontario français (UOF). Si elle retient son souffle depuis l’automne dernier, aujourd’hui, la communauté franco-ontarienne peut respirer puisque plus rien n’empêchera l’UOF de s’épanouir.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), le Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) et la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne (FESFO) soulignent également le travail important et l’engagement des ministres Mélanie Joly, Caroline Mulroney et Ross Romano, à assurer la survie de l’Université de l’Ontario français (UOF). Nous leur levons notre chapeau !

Depuis le 15 novembre 2018, des efforts sont déployés partout en province afin que la mise en oeuvre de l’UOF se poursuive. Des manifestations du 1er décembre, aux rencontres politiques, en passant par des appels au dialogue entre les deux paliers de gouvernement, le mouvement de La Résistance, mené par l’AFO et ses partenaires communautaires, a travaillé d’arrache-pied pour que l’UOF puisse ouvrir ses portes en septembre 2021.

« Cette victoire, c’est la victoire de toute une communauté! Voilà un triomphe de plus dans les annales franco-ontariennes et de la jeunesse franco-ontarienne. Dans le contexte des 40 ans de la résistance de Penetanguishene, on ne pouvait pas avoir meilleur cadeau » a déclaré Carol Jolin, président de l’AFO, avant d’ajouter « Cette possibilité que nous n’avons pas eue, nos enfants et petits-enfants l’auront. Ils auront le choix de poursuivre leurs études universitaires en français comme ils l’ont actuellement jusqu’au niveau collégial. Quelle belle victoire ! Nous sommes, nous serons ! »

« La jeunesse est ravie de l’entente conclue entre le gouvernement fédéral et provincial. La FESFO était présente lors des revendications pour les écoles secondaires de langue française ainsi que pour les collèges franco-ontariens et pour poursuivre la suite logique en éducation de langue française en Ontario, il était nécessaire que la pérennité de l’Université de l’Ontario français passe par cette entente. La FESFO remercie le travail de la ministre Mulroney, du ministre Romano ainsi que de la ministre Joly. » a soutenu Karelle Sikapi, présidente de FESFO.

« C’est un jour important qui passera à l’Histoire pour nos communautés francophones. Cela fait plus de 40 ans que nos communautés militent activement pour avoir accès à une institution universitaire par et pour les francophones. À travers les années, les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens ont su aller chercher leurs institutions d’enseignement primaires, secondaires, et collégiales; aujourd’hui, nous faisons un pas en avant vers l’acquisition de notre institution universitaire. Aujourd’hui, nous investissons dans notre jeunesse, et dans notre avenir » de dire Marie-Pierre Héroux et Radi Shahrouri, coprésidences du RÉFO.

Retour sur quelques dates-clés de la lutte de La Résistance pour sauvegarder l’UOF :

15 novembre : mise-à-jour économique qui annule le projet de l’Université de l’Ontario français

18 novembre : Grande Rencontre des leaders communautaires afin de discuter des stratégies à adopter.

22 novembre : Première conférence de presse de l’AFO — c’est le lancement officiel de La Résistance.

23 novembre : Deuxième conférence de presse en réaction entre autres à l’offre du gouvernement de l’Ontario de recréer le ministère des Affaires francophones en remplacement de l’Office des Affaires francophones et de s’attacher les services d’un conseiller principal en politiques, responsable des affaires francophones.

25 novembre : Délégation franco-ontarienne invitée à l’émission Tout le monde en parle à Radio-Canada.

1er décembre : Rassemblement de plus de 15 000 personnes pour exiger le respect de leurs droits et la préservation de leurs acquis — non seulement aux quatre coins de l’Ontario, mais aussi au Québec et dans plusieurs autres provinces et territoires canadiens.

3 décembre : Comparution de l’AFO devant le Comité permanent des finances et des affaires économiques (lors de l’étude du projet de loi 57 en comité après la 2e lecture).

4 décembre : Comparution de l’AFO devant le Comité permanent des langues officielles (étude sur l’Ontario).